22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 21:29

Lorsqu'on prépare un marathon, on se fixe toujours un objectif, s'entrainant sur des allures, faisant attention à l'alimentation. On se méfie toujours des blessures et on fait attention à tout pour être à 100% le jour J. Mais il y a un impondérable qui peut ruiner tous ces efforts et c'est la météo. C'était le cas ce Dimanche 20 Novembre, avec la pluie, mais pas seulement, puisqu'un vent violent était également présent. En conséquence, toutes les prédictions et objectifs devaient être revus dès le départ, sous peine de ne pas tenir la distance. Ce marathon d'Orléans allait devenir une véritable épreuve psychologique et de résistance, bien loin des derniers champions de France.

Avant de passer au plat principal, attardons nous à l'entrée, avec le 5km qui avait lieu autour du site marathon. La météo était aussi un adversaire de poids dans la bataille, mais la distance est bien plus courte. Cependant, la stratégie était la même, affronter les conditions climatiques au mieux, pour prendre le dessus sur ses adversaires. C'est pourquoi, la victoire finale s'est jouée au sprint et Laurent QUINCHAMP n'était pas loin de l'emporter. Mais il lui a manqué un peu de vitesse et devait se contenter d'une très belle seconde place au scratch. Et le chrono n'est pas mauvais du tout, puisqu'il mit 16'19" (18.3km/h) pour terminer sa course. Une très belle performance compte tenu des conditions.

Il y a un mois, personne ne s'est rendu compte de l'erreur, peut être parce que personne n'a lu l'article ou que personne n'avait l'information. Mais Quentin DIMANCHE est le frère du champion de France master de marathon par équipe. Pour sa seconde apparition sous le maillot jaune, il revient sur le même parcours que ses débuts avec LMA45. Bien que la distance soit divisée par deux, sa progression est bien visible, puisqu'il prend une très belle 12ème place au général, en 18'52" (15.8km/h). Nous avons hâte de le voir à nouveau en course.

Première partie terminée, passons aux 42.195km. Bien qu'il soit champion de France, Gilles DIMANCHE ne pouvait pas luter contre ces conditions climatiques. C'est déjà un petit exploit que d'enchainer deux marathons à haut niveau en l'espace de soixante jours. Le master se connaissant parfaitement, il décida de courir la seconde moitié plus tranquillement, pour ne pas finir à l'agonie. Il dit adieu à la victoire, mais devint à nouveau le dauphin du vainqueur, comme en 2014, avec la seconde place au scratch du marathon d'Orléans 2016. Il avait presque cinq minutes de retard sur le lauréat, mais aussi cinq minutes d'avance sur son plus proche concurrent. Le vent a donc créé de gros dégâts. Le champion magdunois termine sa course en 2h43'01" (15.5km/h – IR4), assez loin de son record et ça se comprend.

Une nouvelle fois, nous retrouvons l'australien Todd VOSS dans la peau du meneur d'allure. Le triathlète affectionne particulièrement cette mission et il l'a rempli très bien. Même si la météo n'était pas en sa faveur, il garda le rythme et encouragea tous les courageux marathoniens, afin de passer sous la barre des trois heures. Réalisa-t-il l'objectif? Presque dirons nous, puisqu'il passe la ligne d'arrivée après 3h00'29" de course (14.0km/h – R4). Mais il a surement attendu tout son groupe, quitte à faire demi-tour pour encourager les lâcher. Il se classe à la 17ème place du classement général, réalisant du même coup les minima pour les prochains championnats de France de la distance.

Roland MORVAN ne pouvait suivre ce lièvre et ce n'était pas son objectif non plus. Il couru à son niveau et devait lui aussi faire face à la tempête, sans abandonner le but de raller l'arrivée. Au final, il n'a pas pu battre son record personnel, mais il pouvait être fier de sa performance. Avec le 186ème temps de ce marathon, le magdunois coupa la ligne d'arrivée en 3h48'45" (11.0km/h – D5). C'est sa troisième arrivée pour une telle épreuve, toujours un sentiment spécial.

Au départ de son premier marathon officiel sur terre française, Patrice LOMPO avait pour objectif de réaliser les minima, lui permettant de participer aux prochains championnats de France de la distance. Cependant, la préparation pour ces 42km s'est avérée trop violente pour son corps et une blessure au genou est survenue. Courageux, le nouveau magdunois s'est quand même élancé pour réaliser son but. Cependant, la douleur est devenue trop forte après la mi-course et il a sagement abandonné, alors qu'il était second de la course à ce moment là. Il lui reste encore quelques mois pour atteindre son objectif.

Invitée par les organisateurs, Isabelle GUILBERT ne se sentait pas au top les quelques jours précédents l'évènement. Elle s'est reconvertie en bénévoles pour donner un coup de main à tous ces anonymes qui aident les champions sur tout le parcours.

Infosport-Loiret était présent pour couvrir toutes les courses du weekend, présentant 6894 clichés en libre service. Bravo à eux pour leur marathon photographiques.

Pour retrouver tous les résultats, je vous invite à consulter le site de la ligue du Centre.

Partager cet article

Repost 0

commentaires